3 jours qu’on me balade, 3 jours durant lesquels j’oscille entre amour et rejet. Celui que je pensais être mon protecteur m’a délaissé.  Alors le stress s’est emparé de moi. Je ne vous parle pas d’un stress passager mais d’une situation permanente au point que mon sphincter ne fait plus son travail et que je m’abandonne finalement sur une moquette qui n’est pas mienne.  Je fuis de tous côtés et la personne qui m’aime ramasse et pleure pour moi. Je tente, j’essaye de me contenir mais rien n’y fait, je me vide. Je m’abandonne comme on m’a abandonné. Mon seul tort, si c’en est un est d’être un canidé qui ne dit souvent mot mais parle un langage visuel qui apaise les cœurs. J’aimerai tant pouvoir parler pour dire à quel point j’aime même celui qui m’a délaissé. Esseulé sentimentalement, je donne plus que je ne reçois car en dehors de ma bonne humeur, de ma compagnie et de mon regard, je n’ai pas de présent coûteux à offrir. Je suis une vie donc inestimable.

Je suis Nibler

Je ressens l’amour plus que d’autres êtres, et il en va de même pour la douleur qui m’entoure. Je voudrais tellement faire plus pour apaiser les cœurs qui souffrent.  Celle qui s’occupe de moi est en quelque sorte ma mère car la mienne m’est inconnue. On nous a séparé sans prendre en compte mon déchirement. Ballotté, de lieu en lieu, j’ai trouvé refuge en un point fixe. Mes journées se réduisaient à manger et regarder au dehors sans autre distraction que celle d’attendre. Attendre quoi et qui ?

Trouver est un verbe mieux approprié car celle qui s’occupe de moi m’a trouvé, aimé de suite (je l’ai vu dans ses yeux magnifiques). Elle m’a ensuite emmené dans sa demeure où j’ai trouvé pour compagnie une magnifique créature au grand cœur. Cette dernière répond au nom de Titine. Elle masse sa maîtresse et prend soin de moi. Je parle beaucoup et manque à mes obligations sociales. Je suis un canidé répondant au doux surnom de Nibler !

 

Abdelhamid NIATI 

tous droits réservés